Une œuvre à découvrir sur le parvis du Stade Pierre Mauroy

Événements
Le 25/06/2024

Une œuvre à découvrir sur le parvis du Stade Pierre Mauroy

C’est aux abords du stade que les spectateurs pourront découvrir l’œuvre iconique aux couleurs des Jeux, commandée par la MEL et réalisée par l’artiste plasticien Pierre Delplanque.

Constituée de deux plans, cette sculpture est composée des anneaux olympiques dans leur version polychrome et de deux silhouettes : une basketteuse et un handballeur en pleine action, émergeant de l’enceinte du Stade Pierre-Mauroy.

A travers cette œuvre, la MEL a souhaité réaffirmer sa fierté et celle de ses habitants d’avoir participé aux Jeux Olympiques Paris 2024, de contribuer à promouvoir les valeurs de l’olympisme tout en célébrant les deux disciplines sportives dont les épreuves se dérouleront dans la MEL.

Portrait de Pierre Delplanque, artiste plasticien

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai débuté la sculpture à 17 ans, avec mon oncle, artisan d’art à Roubaix. J’ai travaillé des œuvres gigantesques (des géants, des réalisations pour les secteurs de l’événementiel, de la publicité…). J’ai appris différentes techniques, le fait de matérialiser une idée ou une vision. Aujourd’hui, je perpétue le métier qui m’a été transmis, je continue à faire des sculptures monumentales, je participe à la construction de décors de cinéma, d’expositions… En fonction des projets, je suis artisan ou artiste. Je réponds à des demandes particulières, souvent il s’agit de créer un mouton à cinq pattes. J’ai précédemment collaboré avec la Métropole pour la Coupe du Monde de rugby.

Quelles sont les différentes étapes de création de l’œuvre iconique ?

Une fois le projet retenu par la Métropole, l’idée a été de penser une œuvre techniquement réalisable, de scénariser les différents éléments dans l’espace, de visualiser les différentes étapes pour transformer le croquis en vision. Et de faire valider le projet au Comité International Olympique. L’arche de 3 m 25 de diamètre a nécessité un moule sur mesure pour effectuer un tirage en matériau composite, rigidifié ensuite par une pièce métallique. Les personnages ont été réalisés sur des panneaux type nid d’abeille utilisé dans l’aéronautique, aussi légère que rigide. Les anneaux olympiques ont été dessinés au compas et le socle conçu pour être solide et stable. Entièrement démontable pour être plus facilement transportable, l’œuvre a été pensée pour être en contact avec le public et pour affronter d’éventuelles intempéries.

Partagez-vous la fierté de recevoir les Jeux sur le territoire ?

Bien sûr. Concevoir une sculpture monumentale qui parle à tout le monde, avec l’objectif de parvenir à étonner les gens avec une thématique connue, est un vrai défi. Et c’est un honneur de prendre part au rayonnement du territoire et de la France dans le monde. Le jour du montage a été un vrai moment d’émotion. Cela fait 100 ans que les Jeux n’ont pas eu lieu sur le territoire. C’est d’ailleurs sans doute l’unique fois de ma vie que je travaillerai pour les JO en France …